Doit on calculer le ROII dans l’entreprise ?

Nous avons amorcé il y a quelques semaines sur ce blog une réflexion sur les dépenses d’innovation.

file0001755351339

On retiendra de ce précédent article que la mesure des dépenses d’innovation représente assurément un bien meilleur indicateur de performance, tant au niveau macroéconomique qu’au niveau de l’entreprise, que la simple comptabilisation des dépenses de R&D.

Dès lors, la question se pose : doit-on calculer le ROII – Retour sur Investissement en Innovation ?

Tout d’abord, deux vérités bonnes à rappeler au sujet de l’innovation :

  • c’est un processus de l’entreprise qui doit être piloté : il lui faut donc des indicateurs.
  • son but ultime est de rendre l’entreprise plus profitable (sauf naturellement dans le cas de services publics) : autrement dit, si l’innovation permet de déposer plus de brevets mais que ceux ci ne sont pas valorisés, elle n’aura pas atteint son but.

Un indicateur permettant d’apprécier la variation de la rentabilité générée par le processus d’innovation a donc toute sa place. CQFD !

Fin du débat ? Pas tout à fait, car j’entend d’ici les objections : mais l’innovation, c’est la créativité, c’est la nouveauté. Ça ne  peux pas se résumer à de simples taux de rendement. Et la sérendipité dans tout ça ? Et n’avez vous pas vous-même soutenu que le droit à l’erreur était fondamental pour innover ?

En effet: il faut accepter que 50 idées débouchent sur 3 projets dont un seul sera un succès commercial…que l’on mesurera peut-être au bout de trois ans ! Le corollaire de ce constat est que si des projets d’innovation ne sont pas lancé régulièrement, la source va se tarir. Les forces conservatrices reprendront le dessus. C’est pour empêcher cela que la performance du processus d’innovation doit être mesurée.

Bref : innover doit permettre de mieux répondre aux attentes du marché, de générer de la croissance et d’améliorer la rentabilité. Mais pas nécessairement à court terme.

file000703909240

C’est là le point essentiel: lorsqu’on amorce un processus d’innovation, il faut accepter que le délai de retour sur les premiers investissements soit long – 2, 3 ans, plus… – et il faut accepter de consacrer assez de ressources à l’innovation pour que le flux d’idée et de projets soit soutenu.

Si la direction de l’entreprise accepte et promeut cette logique, le ROII devient un excellent indicateur de la performance globale du processus d’Innovation. Avec un bénéfice collatéral non négligeable: impliquer le DAF dans le cœur de l’innovation, lui qui se cantonnait parfois au calcul du CIR.

Notre indicateur présente malgré tout un inconvénient majeur: un taux de rendement ne se calculant que sur une période longue (l’investissement puis le retour), c’est un instrument stratégique d’aide à la décision, pas adapté au pilotage au jour-le-jour.

Pour piloter le processus d’innovation, il convient de le modéliser avec précision, afin notamment de définir quelles données de sorties sont attendues de chaque étape. Dès lors, il devient possible de bâtir des indicateurs avancés de pilotage de l’activité. Nous y reviendrons dans un prochain article.

2 réflexions au sujet de « Doit on calculer le ROII dans l’entreprise ? »

  1. Ping : Doit on calculer le ROII dans l’entreprise ? | innoblog.fr | Innovation organisationnelle | Scoop.it

  2. Ping : Quels indicateurs pour piloter l’innovation dans l’entreprise ? | innoblog.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *